Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Les blogs d'Elizée

Son nouveau journal :

LE MURMURE DES POUPEES

 

Une boutique pour vos poupées :

ELIZEE-BOUTIQUE

 

Coudre pour vos poupées :

COUSONS-COUSETTE

 

/ / /



logo recits 2

 

-Le murmure des poupées :Accompagnez les poupées d'Elizée au Salon toutes collections de Belfort les 17 et 18 avril 2010 !

 

-Garçon manqué
"Enfant, je ne jouais pas souvent à la poupée... J'étais plutôt un « garçon manqué », comme je l'entendais dire à mon propos, à cette époque où les adultes ne s'encombraient guère de la sensibilité de leurs enfants."

-Les poupées de Tante Marie
"Elle posséde une vitrine, haute et étroite, dans laquelle elle expose... sa collection de poupées de pays ! Des miniatures toutes plus jolies les unes que les autres, somptueusement parées de longues robes soyeuses, de tabliers bordés de sequins multicolores,..."

-Les poupées de papier
"Des après-midi entières pendant l’été, nous jouons à la maman. Mais nos enfants sont un peu particuliers : ce sont des poupées de papier !"

-Les cours de couture
"Couture pour moi, le garçon manqué et fière de l'être, quel scandale! Si je fréquentais le collège, c'était pour m'instruire, sûrement pas pour lever l'aiguille! Et pourquoi pas apprendre aussi à faire le ménage ou la vaisselle, et espérer ainsi devenir la parfaite épouse au foyer? J'étais furieuse!"

-Le poupon d'enfance
"A quel moment me rendis-je compte que je ne possédais aucun objet de mon enfance, ou de l’enfance de mes parents ? Je ne sais pas précisément. Mais, avec l’âge, il me vint comme une nostalgie de ces menus trésors que j’aurais pu contempler de temps à autre."

-La poupée magique
"Mon père avait bon cœur, et rien n’était trop beau pour ses enfants : il décida de m’offrir quand même une poupée marchante, et, le soir de Noël, alors que je n’attendais pas de poupée, j’eus la surprise de trouver une boîte allongée – tiens, tiens – sous le sapin..."

-Ah dis-moi donc, bergère...
"Pourtant, je m’imaginais, arpentant les montagnes, accompagnant  mes infatigables moutons. Je me voyais soignant mes brebis, portant tendrement mes agneaux nouveau-nés, appelant mes chiens –un noir, un crème- pour le repas du soir, dans la pièce unique du refuge..."

-les petits habits tricotés
"
Nous n'avions pas beaucoup d'argent, et les cadeaux de Noël ou les anniversaires ne pouvaient pas coûter cher. Pourtant ma mère avait à coeur de me gâter, alors elle tricotait pour mes poupons des petits habits de laine, brassières, culottes, burnous, chaussons..."



Partager cette page

Repost 0
Published by